Plus de Mia Steller
Le Dog Dance, dont le terme peut être traduit en français par "obéissance rythmée", est un sport canin qui consiste en l'exécution d'une chorégraphie sur fond musical. Basée sur les concours de dressage équestre, cette discipline est apparue en Angleterre dans les années 90. Elle a rapidement pris son essor en Europe et a désormais acquis une reconnaissance internationale. Bien que le dressage reste prépondérant, une importance croissante est attribuée à la créativité et au dynamisme des prestations. Le maître guide son compagnon par le regard et la voix uniquement, seuls quelques chuchotements sont parfois perceptibles : switch... stop... twist... stop...

Des qualifications ont lieu dans les différents pays selon les critères internes à leur fédération. Des délégations sont ainsi constituées pour participer aux grandes compétitions. Cette année, le championnat européen de Dog Dance s'est déroulé à la Swiss Dog Arena de Münsingen, près de Berne, une halle et son infrastructure unique en Suisse entièrement dédiée aux activités canines. Les concurrents de 14 pays s'y sont affrontés afin d'accumuler des points individuellement d'une part, mais aussi pour leur équipe nationale.

Le Dog Dance comporte deux catégories : le Heelwork to Music (HTM) et le Freestyle. Pour la réalisation du HTM, littéralement le "travail au talon", le chien doit adopter un minimum de 10 positions imposées (le HTM en comporte 18) durant 75% de la performance. L’épaule du chien est constamment proche de la jambe du conducteur, qu'il soit statique ou en mouvement latéral, avant ou arrière. Les transitions entre les figures, permettant de fluidifier la prestation, font partie du style libre, le Freestyle. Cette deuxième catégorie laisse une place plus conséquente à la créativité, permet au chien de s'éloigner de plus de deux mètres de son conducteur, d'exécuter des sauts, et inclut souvent l'utilisation de costumes et d'accessoires afin de réhausser l'attractivité du spectacle.

Les juges évaluent différents aspects. La technique bien sûr, qui comprend la précision de l'animal et son contrôle par le meneur, mais aussi les dimensions artistiques comme le respect du rythme et de ses variations ou l'utilisation judicieuse du ring. La prestance du chien et de son conducteur ainsi que leur complicité sont également pris en compte. Des pénalités peuvent être appliquées lors d’aboiements excessifs ou de gestuelle destinée à aider ou à manipuler le chien. Une disqualification peut même être prononcée dans certains cas comme l'entrée ou la sortie du ring au mauvais moment ou des comportements inappropriés de la part du canidé comme du maître.

Le Dog Dance exige un investissement considérable, certains s'entraînent presque quotidiennement. Les compétitions sont toutefois ouvertes à tout le monde, sans restrictions d'âge, de race ou de pedigree. Y assister est aussi très enthousiasmant, on y verra par exemple une joggeuse effectuer des exercices d'abdominaux et des sauts à la corde avec son border collie, un autre jouer du piano sur une musique funk... Une ambiance joyeuse et familiale entoure ces événements garnis de moments captivants et émouvants. Que ce soit Joey, le carea leonés récupéré au refuge, ou Clown, le caniche toy au foyer doré, tous montrent un attachement et une affection sans limite pour leur maître, ce qui est visiblement réciproque.
dog-dance-chien-animal
dog-dance-chien-animal
dog-dance-chien-animal
dog-dance-chien-animal
dog-dance-chien-animal
dog-dance-chien-animal
dog-dance-chien-animal
dog-dance-chien-animal
dog-dance-chien-animal
DIAPORAMA